En quelques mots

Le Palace a été, de 1978 à 1983, un endroit parisien à la mode où se sont cristallisées les relations entre la mode, la musique, le « chic parisien » et la culture underground.

Le lieu a une histoire mouvementée. Il ouvre ses portes, selon les sources, en 1912. Devenu salle de cinéma en 1946, après la 2nde Guerre mondiale, il récupère son nom d'origine : Le Palace. De 1975 à 1978, il redevient un théâtre.

Ensuite, le lieu est racheté par un des personnages de la nuit parisienne, Fabrice Emaer. Celui-ci y effectue d'importants travaux, recomposant le décor initial des années 30. Le 1er mars 1978, Fabrice Emaer ouvre cet espace.

Très vite, Le Palace devient l'endroit à la mode et la discothèque la plus (et la mieux) fréquentée de la capitale. Les soirées à thèmes s'y succèdent et on y réinvente un style oublié, le bal.  Le Palace est pour la fin des années 1970 et le début des années 1980, un lieu mythique, très lié à la musique pop et à l'émergence de la culture gay. Mais Fabrice Emaer tombe malade. Le Palace décline et ferme une 1ére fois en 1982. Terrassé par un cancer des reins, Fabrice Emaer meurt en 1983. C'est la fin d'une époque...

Le Palace est repris par d'ex-associés de Fabrice Emaer mais au fil des ans les dettes s'accumulent. A plusieurs reprises, des trafics de stupéfiants conduisent à la fermeture administrative du lieu pour des périodes de trois à six mois. En 1992, Régine elle-même, ancienne "rivale" dans la nuit de Fabrice Emaer, essaie de reprendre le site, suivie en 1994 par le couple Guetta qui tente de le relancer relooké et rebaptisé Kitkat.

Le lieu ferme définitivement en 1996. En novembre 2006, Chantal et Francis Lemaire, ont racheté la salle.

Les travaux de restauration du Palace commencent en février 2007 sous la houlette des Monuments Historiques. L'objectif est de restituer le décor du théâtre d'origine, tel qu'il a été construit en 1923, avec les aménagements techniques et la fonctionnalité d'une salle de spectacle moderne.

Des centaines de mètres carrés de fresques et de peintures au pochoir et de moulures décoratives sont décapés et reconstitués centimètre par centimètre, sur un chantier pharaonique.

Après sa réhabilitation, Le Palace a ouvert (970 places) pour y accueillir dès 2008 le retour de Valérie Lemercier sur les planches.

Publicté

Prochainement

A venir

LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG

Du 19/07/2018 au 30/12/2019

ABSOLUTELY HILARIOUS

Le 24/06/2019 à 20:30

MASHA ET MICHKA

Du 09/11/2019 au 15/12/2019

THIBAULT CAUVIN

Le 26/11/2019 à 20:00

LES WRIGGLES

Du 03/12/2019 au 17/12/2019

C'est par ici !

Localiser
sur la carte
8 RUE DU FBG MONTMARTRE , 75009 PARIS 09

Avis clients

LE PALACE

Avatar

l daniel

CLAMART
(5/5)

A voir absolument

06 juin 2019

Drôle et l'énergie des comédiens se comunique â nous et l'on vit cette pièce comme si nous faisions partie de la troupe.Mise en scène efficace. Je recommande
Avatar

s lucie

St nom
(5/5)

A ne pas manquer

02 juin 2019

Une tres belle mise en scene, de tres bons acteurs, et une piece tres bien decrite. Une des meilleurs pieces que jai pu voir. Merci pour ce moment
Avatar

C Marie-Claude

Clermont-Ferrand
(3/5)

Remarquable performance des acteurs

01 juin 2019

Complètement déjanté
Avatar

M Martine

(1/5)

très décevant

01 juin 2019

pas drôle
Avatar

A SANTINA

Paris
(3/5)

Inventif

31 mai 2019

De bonnes choses
Avatar

F sebastien

Paris
(5/5)

Très drôle et plein d?énergie

26 mai 2019

J’ai vu cette pièce deux fois! J’ai adoré à chaque fois. Les comédiens sont excellents, la mise en scène inventive, on rit et ce n’est ni vulgaire ni cynique ! Spectacle pour toute la famille !
Avatar

D Isabelle

PARIS
(5/5)

GÉNIAL ? !

26 mai 2019

Scénario au top, mise en scène fabuleuse et des acteurs qui savent jouer, danser et même chanter !!!! Super vraiment.
Avatar

D Jamil

FONTENAY SOUS BOIS
(3/5)

Inégal

25 mai 2019

Les comédiens sont très bons. De vraies trouvailles dans la mise en scène mais la trame et les situations sont un peu trop prévisibles.
Avatar

B Jacques

(1/5)

Comique poussif et vulgaire

25 mai 2019

Entre Guignol et mauvais Feydeau. Pièce qui se veut burlesque mais n'est que vulgaire, avec des effets comiques dignes de Guignol (la scène ou le stagiaire est frappé par le directeur et le truand) ou du pire boulevard (dans la chambre de l'héroïne). Les acteurs se donnent du mal mais en font des tonnes, sans doute conformément au scénario. Seule la mise en scène peut être appréciée par les moyens mis en oeuvre.
Avatar

F Olivier

COURBEVOIE
(3/5)

MOYEN

24 mai 2019

COMEDIENS EPUISES...!