En quelques mots

Sophie Hunger est née le 31 Mars 1983 à Bern. Enfant, elle vit à Londres puis à Bonn, en Allemagne, villes où son père diplomate entre en fonction. A l’âge de 9 ans elle commence  à étudier le piano, mais sans insister.  Chez elle, difficile de parler en effet  d’une révélation artistique précoce puisque ses premiers pas de chanteuse, dans un groupe de pop rock, remonte à 2002 alors qu’elle avait 19 ans.  « Quand j'étais adolescente j'avais énormément de respect pour la musique et pour l'expression artistique en général. J'en étais beaucoup trop consciente pour pouvoir m'exposer; je devais perdre cette conscience, des intentions, des opinions, mon identité, afin de pouvoir inventer des choses. Et c'est ce qui s'est passé dans les années après mon départ de l'école. Je suis devenue rien. »

A 23 ans elle enregistre un album chez elle, à Zurich, sur lequel figure des ébauches de The Tourist et Beauty Above All , réenregistrées depuis pour Monday’s Ghost. Le titre de cet album auto produit,Sketches On Sea, lui sera inspiré parSketches For My Sweetheart The Drunk  de Jeff Buckley. À l’époque, Sophie écoute en boucle la version d’Hallelujah de Jeff Buckley.

Car bien qu’elle ne se réclame d’aucune tradition particulière, ne cherche à profiter du sillage d’aucun maître ou modèle, tout chez elle tend à rejoindre un certain absolu spécifique au folk comme au rock ; celui qu’ont traqué avant elle des chasseurs de beauté aussi éminents que Bob Dylan, Kurt Kobain ou Jeff Buckley précisément. Avec très souvent la même conséquence : qu’un nouvel artiste se lance dans l’aventure, en acceptant la part de risque que comporte le fait de mettre en scène ses propres extrêmes, et immédiatement on a l’impression en les écoutant que tout vient de commencer, que c’est le début de l’histoire qui est en train de s’incarner sous nos yeux. C’est cette impression que communique Sophie Hunger.

Son actu

Pause musicale