En quelques mots

Sharleen Spiteri, l'inoubliable interprète de "I Don't Want a Lover" s'offre une parenthèse soul avec la parution d'un premier album solo, "Melody", en 2008.

La chanteuse de Texas, qu'il ne faut pas soupçonner de surfer sur la vague neo-soul initiée par Amy Winehouse, s'essaie sur "Melody" à un hommage aux Ladies des Sixties très réussi. Très mélancolique aussi, ses chansons se démarquent d'un ready-made de chansons empruntées aux sources de la country ou du blues américain.

Si depuis 1988 le style de Texas a évolué, musique pop-rock tendant vers des sonorités et des rythmes imprégnés de soul, Sharleen Spiteri revient à ses premières amours sur cet album solo. Référence à Gainsbourg, "Melody" s'offre de gouteux détours par la chanson française. Un joli coup d'essai....

Son actu

Pause musicale