© Edward Mapplethorpe

En quelques mots

Icône rock déjantée, magnifiée par le photographe Robert Mapplethorpe, Patti Smith allie miraculeusement poésie et rock dans une discographie émaillée de longues périodes de désert.
 
Elle débute à New York en fournissant des textes poétiques au groupe Blue Öyster Cult, puis se produit avec Lenny Kaye (guitare) et Richard Sohl (claviers), qui lui permettent d'achever un premier album Hey Joe/Piss Factory.
 
Après une résidence fructueuse au sein du club new-yorkais CBGB's en compagnie de Television, le groupe de Patti Smith sort Horses en 1975, produit par l'ex-Velvet Underground John Cale.
Objet de culte, cet album punk rock, animé par des envolées poétiques digne du "Bateau ivre" de Rimbaud, comprend une reprise de Van Morrisson, "Gloria" qui contribuera à son succès dans le monde.
Easter, sorti en 1978, auquel collabore Bruce Springsteen, connaît le même sort.
 
Patti Smith revient en 1988 avec Dream of Life.
 
Après deux deuils, Patti Smith remonte en selle et propose l'album Gone Again auquel participent Tom Verlaine, John Cale et Jeff Buckley.
En 2004, Trampin révèle une Patti Smith très marquée par la guerre en Irak.
Twelve, sorti en 2007, se compose de 12 reprises édifiantes dont "Gimme Shelter" et "Everybody Wants to Rule the World".
 
Commandeur des Arts et des Lettres, la poétesse rock est l'un des rares artistes à connaître la mythification de son vivant.

Son actu

Pause musicale