En quelques mots

De la trempe poétique d'un Bob Dylan ou d'un Leonard Cohen, le génial auto-stoppeur Neil Young a marqué la fin du XXe siècle par sa capacité à régénérer des genres comme le folk ou la country.

Le succès débute avec le groupe Crazy Horse et les tubes Cinnamon Girl et Down by the River, qui popularisent l'album "Everybody Knows This is Somewhere".Neil Young, toujours en solo, marqué par l'esthétique rimbaldienne, saura pourtant s'entourer de façon récurrente du groupe Crosby, Stills et Nash.

Neil Young critique le racisme des blancs du Sud des Etats-Unis dans "After the Gold Rush", et connaît un de ses plus grands succès avec Harvest, en 1972.

Malgré une baisse de popularité dans les années 80 et de graves ennuis personnels, Neil Young revient au sommet de sa forme au début des années 90, couronnant la naissance du grunge au côté de Sonic Youth : il sort avec Crazy Horse le disque "Ragged Glory".

 

En 1992, Neil Young semble émerger des seventies et offre "Harvest Moon", considéré comme l'un de ses meilleurs albums.

Outre des collaborations avec Pearl Jam, un documentaire de Jim Jarmusch sur la tournée issue du disque "Broken Arrow", Neil Young produit de nouveaux albums très régulièrement et s'est fortement engagé contre la guerre en Irak.

Son actu

Pause musicale