NAVARRE

Son actu

En quelques mots

Pendant dix ans, Deportivo fut l’une des zones de turbulences les plus mémorables du rock français. Un power-trio fiévreux et racé qui, parti des Yvelines en 2003, a résonné tambour battant et quatre albums durant sur les scènes de France et de Navarre. Navarre, c’est justement le nom que s’est choisi Jérôme Coudanne, chanteur et guitariste de Deportivo, pour une nouvelle aventure solitaire qu’il a voulu en tous points distincte de celle du groupe, lequel demeure à ce jour en sommeil sans être forcément éteint. Installé pendant un temps à Barcelone, Jérôme a pris le temps de goûter aux langueurs locales et aux soirées torrides d’une Catalogne qui aura forcément imprégné son écriture, les musiques et paroles étant comme collées les unes aux autres dans la moiteur des nuits de cet Eurotrash summer. « Je voulais que cet album donne l’impression d’avoir été écrit au cours d’un été caniculaire », explique-t-il. Il parle aussi pour le décrire d’une « élégante noirceur 80’s », et fait rimer la noirceur en question avec chaleur et torpeur, autant de mots qui viennent effectivement à l’esprit à l’écoute des 12 plages qui en constituent la narration. Les synthés et les boîtes à rythmes ont pris le pas sur les guitares, une forme de résignation dandy a remplacé l’énervement juvénile d’antan, une sensualité suffocante et un certain aquoibonisme balnéaire affleurent tour à tour de ces morceaux aux humeurs bipolaires. « Comment fait-on pour jongler entre le vide et l’envie ? » La question méritait d’être posée, et Navarre en apporte une réponse non définitive par son goût des jouissances et son anxiété mêlés, ses oraisons acides d’un monde en décomposition et son envie de danser vaille que vaille sur les cendres.

Pause musicale

Avis clients

NAVARRE

Aucun résultat trouvé