En quelques mots

Circuit mythique par excellence, tous les pilotes ont rêvé de gagner sur le tracé de Monaco qui est le plus lent et le plus dur du Championnat du Monde de Formule 1. Cela se mérite car la moindre erreur dans les rues de la principauté est fatale, les monoplaces s'accomodant mal de contacts avec les rails délimitant ce circuit non permanent installé pour l'occasion au cœur de la ville.

Les qualifications sont toujours déterminantes, les dépassements en course étant presque impossibles. Cependant, le nombre d'abandons restant élévé, une bonne conduite peut assurer une place dans les points.

Ce fut le deuxième circuit de l'histoire à être parcouru par les formules 1 en 1950 (21 mai), après Silverstone, mais il avait déjà accueilli des courses à partir de 1929. Il reste l'un des derniers "circuits d'hommes" où le talent du pilote peut encore faire la différence (Ayrton Senna le remporta 6 fois, dont 5 fois d'affilées entre 1989 et 1993).

Le tracé, qui est resté quasi identique depuis 1950, fait 3,340 km de long. Passé la ligne, on se retrouve face au premier virage à Sainte Dévote, lieu de nombreux accrochages au départ. La piste remonte jusqu'au gauche-droite très serré du Casino et, de là, redescend jusqu'au virage à droite du Mirabeau. Elle continue ensuite jusqu'au virage en épingle de l'ancienne gare de Monte-Carlo, sur l'emplacement de laquelle fut construit l'hôtel Loews qui donne son nom actuel à ce virage qui est le plus lent du championnat. La section Portier conduit à la mer, où la piste emprunte un tunnel et mène à la chicane près du port. Ensuite, le virage à gauche du Bureau de Tabac, la section de la Piscine, puis le raide virage à droite à la Rascasse, suivi du virage Anthony Noghes, puis enfin la ligne des stands.

Publicté

Prochainement

A venir

Aucun résultat trouvé

C'est par ici !

Cliquez ici
pour localiser
la salle
Quai Albert Ier , 98000 MONACO