En quelques mots

 Né en 1947 à St D’acre en Jamaïque, il a connu et joué avec les plus grands noms du reggae. Produit par Lee « Scratch » Perry dans les années 70, Max Roméo y sortira deux de ses tubes les plus marquant « war inna Babylon » et « Iron Shirt » qui resteront d’ailleurs gravés éternellement au panthéon du reggae mondial. Fort de cela, Max roméo continuera a marquer les esprits par un son très « roots » et une voix soul immédiatement reconnaissable.

« Figure emblématique du reggae roots, Max Romeo a traversé toutes les grandes époques qui jalonnent le phénomène musical reggae. Témoin direct de l’histoire souvent violente de la Jamaïque, Max Romeo œuvre pour un reggae engagé, social et conscient. Ses chansons sont marquées du double sceau de la révélation et de la révolution. Maxwell Smith, de son vrai nom, a multiplié les pseudonymes au début de sa carrière, moins pour brouiller les cartes que pour laisser libre court à la multiplicité de ses facettes vocales.

A soixante trois ans, les dreadlocks ont blanchi, le visage s’est parcheminé, mais la voix est demeurée intacte. Le messager de Jah revient réguliérement prodiguer ses « rootical vibes » dans l’hexagone, cette terre d’adoption du reggae selon ses propres dires.

Son actu

Pause musicale