Le niveau de sécurité actuel ne vous permet pas de naviguer correctement sur notre site. Nous vous invitons à modifier les paramètres de votre navigateur avant de continuer.

PAPA DOIT MANGER
MARIE NDIAYE :PRIX GONCOURT-FEMINA

Théâtre contemporain
Du au  -  CARRE RONDELET  -  MONTPELLIER

INFORMATION

En plein coeur d'un microcosme familial, un père dont la peau noire comme l'ébène réapparaît dix ans après... Que vous arriverait-il si un événement inattendu frappait à votre porte ? Qui n'a jamais été confronté aux ...

Plus d'informations sur PAPA DOIT MANGER - MARIE NDIAYE :PRIX GONCOURT-FEMINA

En plein coeur d'un microcosme familial, un père dont la peau noire comme l'ébène réapparaît dix ans après...

Que vous arriverait-il si un événement inattendu frappait à votre porte ? Qui n'a jamais été confronté aux erreurs du passé ? 

Après 10 ans d'absence, un père revient reprendre sa place au sein de sa famille. Presque magiques, rituels, sacrés, les liens familiaux creusent le terreau de notre devenir, de notre spécificité. Nos choix sont dictés consciemment ou non par cet entrelacement de souvenirs. 

Tous les héros de Marie NDiaye rêvent, décrochent de l'instant présent, se réfugient dans cet ailleurs qui ne coïncide jamais avec leur réalité. L'angoisse de ne jamais y accéder les poursuit et pourtant ils continuent de crier leurs espoirs aux autres. La parole devient plus un lieu de conflits, d'errance que de résolution et d'unité. 

C'est l'histoire de la quête insatiable d'une famille "qui nous ressemble" qui est à la fois introuvable et trop présente. La seconde thématique est celle de la haine, celle qui découle du rejet : le père s'obstine indéfiniment à vouloir prouver quelque chose, à crier qu'il mérite de vivre au détriment de ceux qui l'aiment. 
La femme, réceptacle de son dégoût de lui-même, ne suffit pas à désinfecter la plaie. Il est sans cesse dans l'excès, la démesure, l'attente d'une reconnaissance qui ne vient pas. 
C'est l'échange qui rend habitable un espace scénique à la limite du supportable où la violence se déguise sous les mots. La vérité est toujours en deçà ou au-delà du langage. Incompris par leurs familles, les parents sont des rêveurs maladifs qui ont dû mal à accepter une existence vouée à la futilité ou à la mythomanie. 
Le désir joue ici le rôle de catalyseur ; il procure une énergie neuve, donne la sensation de vivre mais les deux protagonistes s'y investissent dans des directions différentes. L'égoïsme du père contraste avec la générosité aveugle et presque pathétique de la mère. Les personnages sont emmurés dans leur monde intérieur sans pouvoir jamais le communiquer à quiconque. 
Cette contradiction constante appelle le spectateur à entrer à l'intérieur d'une conscience. 
Marie NDiaye : Prix Femina 2001.Prix Goncourt 2009.

Inscriptions aux alertes de PAPA DOIT MANGER - MARIE NDIAYE :PRIX GONCOURT-FEMINA

L'inscription aux alertes vous permet d'être informé dès qu'une nouvelle manifestation est disponible pour un artiste ou un club de sport. Vous pouvez également être informé de toute l'actualité d'une salle.
En savoir plus

Ces salles ne font pas partie de vos alertes :

Ajouter

PUBLICITE

Partenaire vidéo

PUBLICITE

PUBLICITE