En quelques mots

Leon Fleisher, célèbre pianiste, professeur et chef d’orchestre, commença l’apprentissage du piano dans sa ville natale de San Francisco à l'âge de quatre ans, et donna son premier récital à huit ans. Un an plus tard, il devint l’élève du grand pianiste allemand Artur Schnabel, et en 1944, à l’âge de seize ans, fit ses débuts avec le New York Philharmonic. Il fut le premier américain à remporter le prestigieux Concours Reine Elisabeth de Belgique en 1952.
En 1965, Fleisher fut soudain frappé par le sort lorsque deux doigts de sa main droite s’immobilisèrent. Il essaya alors de nombreux traitements qui ne lui apportèrent que de brefs soulagements, et fut contraint de réorienter sa carrière à l’âge de 37 ans seulement. Cet évènement l’affecta jusqu'à très récemment, lorsque de nouvelles formes de traitement et de thérapie contribuèrent finalement à supprimer l’affliction neurologique, nommée «dystonie focale», qui l’affligea plus de la moitié de sa vie. Il fut alors en mesure de revenir au répertoire à deux mains.

Durant la quarantaine d’années pendant lesquelles la carrière de Leon Fleisher a été limitée, il a développé deux activités parallèles - en tant que chef et enseignant - tout en se consacrant à jouer le répertoire pour la main gauche. Il a fondé le Theater Chamber Players au Kennedy Center en 1967, puis est devenu directeur musical de l’Annapolis Symphony en 1970. Il a dirigé le Mostly Mozart Festival en 1970 et, dès 1973 devient chef associé de l'orchestre symphonique de Baltimore. Il est apparu en tant que chef invité du Cleveland Orchestra et des orchestres symphoniques de Boston, Chicago, San Francisco, Montréal et Detroit, entre autres.

Il enseigne au Peabody Conservatory of Music depuis 1959, au Curtis Institute of Music de Philadelphie, et au Royal Conservatory of Music de Toronto. De 1986 à 1997, il a été directeur artistique du Tanglewood Music Center.

Son actu

Pause musicale