Visuel de fond
Kim Wilde

Son actu

En quelques mots

Icône de la new wave britannique, Kimberley Smith aka Kim Wilde a fait une entrée fracassante dans les charts européens avec le hit "Kids In America" en 1981, suivi du single "Chequered Love". Un temps accusée de surfer sur l’esthétique lancée par Blondie, Kim Wilde se démarque par la suite avec des compositions beaucoup plus electro-pop que rock, ainsi qu’en témoigne la chanson "Cambodia", rappelée au bon souvenir du public français dans le film Dans Paris de Christophe Honoré : on y voit Romain Duris déprimer dans la chambre de son enfance après une rupture amoureuse, "Cambodia" en fond sonore. Nostalgie !

Le troisième album de Kim Wilde, Catch as Catch Can, sorti en 1983, approfondit encore la dimension électronique du précédent album, Select ; la chanson "Love Blonde", de style jazzy, parodie les critiques que la presse lui a adressées.

Le personnage de Kim Wilde fascine, ainsi que le rappelle la chanson de Laurent Voulzy "Les Nuits sans Kim Wilde", chanson pour laquelle cette dernière a même posé quelques paroles. Close, son 6e album, exprime une grande variété de styles ; les albums suivants sont toujours produits par son père, Ricky Wilde, mais ne marcheront plus aussi bien.

En 2006, Kim Wilde revient sur le devant de la scène après 11 ans de silence en sortant le disque bien nommé Never Say Never. En 2007, un best-of est publié.

Kim Wilde, en parallèle de sa carrière musicale, s’est illustrée dans l’horticulture : elle a même publié deux livres sur le jardinage !

Pause musicale

Avis clients

Kim Wilde

Aucun résultat trouvé