En quelques mots

Icône intouchable du paysage musical français, Françoise Hardy a lancé sa carrière par un titre planétaire qui lui colle à la peau.

Cette artiste, qui charme si bien son auditoire par une timidité et une sensibilité indéniables, s’est pourtant longtemps regardée comme le vilain petit canard de la famille. Elle se met à la musique lorsqu’elle reçoit une guitare, pour fêter son bac.

La chanteuse à la voix douce et fragile, à la beauté anguleuse, devient une nouvelle idole des yéyés, grâce au tube Tous les garçons et les filles, repris par tous les jeunes de l’époque. Devenue au fil du temps un joli cygne, elle plaît tant par sa musique que par son physique. Mais ses angoisses dues à sa jeunesse subsistent et contribuent à rendre ses albums touchants et sincères.

Forte d’une notoriété incontestable, la chanteuse multiplie les albums. Mon Amie la Rose (1963), Comment te Dire Adieu (1968), La question (1971), sont quelques réalisations parmi une longue production qui confirment la Parisienne comme une artiste incontournable de la scène, statut renforcé par son idylle avec l’idole des filles, Jacques Dutronc.

De la variété française à la soul (Musique Saoule, 1978), Françoise Hardy joue constamment sur la corde sensible, explorant les mélodies romantiques et les relations à distance. Son album Tant de belles choses, sorti en 2004, est un habile mélange des sons modernes et de son intimité des années 1970.

Son actu

Pause musicale