Visuel de fond
 Feist

Son actu

En quelques mots

Feist inaugure un festin folk psychédélique qui éclate avec le tube "Mushaboom", concentré de pop agile porté par un premier album, Let it Die sorti en 2004 et produit par Renaud Letang ainsi que l'artiste Gonzales.
La féline anglo-canadienne a eu plusieurs vies musicales avant de s'imposer avec Let it Die : diva d'un groupe punk dans les années 80, puis "bitch laplap" aux côtés de l'artiste électro-rock Peaches en 1999 ou encore collaboratrice de Broken Social Scene sur l'album You Forgot it in People en 2002.

Feist la païenne sort un album de remix, Open Season, en 2006, puis revient de ses éparpillements vocaux à travers le monde avec l'album The Reminder sorti en 2007, qui obtient le Shortlist Music Prize.

Feist : une voix surnaturelle qui se refuse aux cabotinages, portée par des arrangements oscillant entre pop et folk.

Cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas parlé de Feist. Trop longtemps.
Sans l’oublier, son talent nous avait manqué. C’est donc une double belle nouvelle que d’apprendre la sortie de son premier album en six ans, Pleasure, mais également un concert exceptionnel le 19 Juillet à l’Olympia.

Pleasure est une réflexion sur des thèmes aussi intimes que les secrets et la honte, la solitude et la tendresse, l’attention et l’épuisement et se révèle comme une étude sur la conscience de soi.
Quatrième album de la chanteuse et « songwriteuse » canadienne, ce nouvel opus se démarque du naturalisme chaleureux de Metals, album qui remporte le Prix Polaris en 2012, et s’impose comme le disque de Feist le plus provoquant et le plus expansif à ce jour. Et alors que chaque album semble être la pierre angulaire du suivant, Pleasure nous prouve encore une fois l’extraordinaire puissance des talents de l’artiste.
La scène de l’Olympia en sera le témoin, et nous aussi.

Pause musicale

Avis clients

Feist

Aucun résultat trouvé