En quelques mots

Fabrice Luchini l'homme-orchestre, tour à tour acteur, contempteur et adorateur de littératures dont il fait l'exégèse dans ses plus récents spectacles, a d'abord commencé comme apprenti-coiffeur parisien, avant de se faire remarquer en boîte de nuit par Philippe Labro.

 

Verve, bagout, goût immodéré pour la citation : Labro l'engage sur son film "Tout peut arriver" en 1969, suivi de Rohmer dans "Le Genou de Claire", puis Zucca et Chabrol se laissent prendre.

Confiné dans le cinéma d'auteur, Fabrice Luchini s'installe véritablement sur le devant de la scène avec le film "La Discrète" en 1990.

Le personnage Luchini se construit à coups de plateaux de télévision, de discussions alambiquées et de mots d'esprit goûteux.

Le comédien, revenu du second rôle, devient un incontournable du cinéma français : "Le Bossu", "Rien sur Robert" (Pascal Bonitzer), "Bernie et ses petites contrariétés", "Le Coût de la vie" ou "Jean-Philippe" contribuent au triomphe de son personnage public.

 

Nietzsche, Céline et La Fontaine "passent au gueuloir" de Luchini depuis 2004. L'homme-orchestre sait tout interpréter : du psy au radin, en passant par les personnages de Flaubert.

Pas de petites contrariétés à avoir pour la carrière de Fabrice Luchini…

Son actu

Pause musicale