En quelques mots

L’Orient a donné naissance à des musiciens de tous les styles. Parmi les plus représentatifs de cette vie paysanne, les « trovadores », les fameux troubadours qui chantent les complaintes des « guajiros », sont de véritables institutions. Armé de sa guitare et de son chapeau, Eliades Ochoa est le plus connu d’entre eux. Alors que le monde le découvre réellement à cinquante ans bien tassés avec sa participation au Buena Vista social Club, « El Cubanito », comme on l’appelait dans sa jeunesse, chante dans les hôtels de Santiago de Cuba dès l’âge de 11 ans.

Emblème d’un peuple et d’une identité, il crée en 1963 son premier groupe la Trinchera Agraria (la tranchée agricole). Dans les années 70, il joue régulièrement à la Casa de la Trova avec le Septeto Típico Oriental avant de s’associer au Cuarteto Patria. C’est lui qui fera découvrir Compay Segundo au grand public en l’invitant à son concert pour le festival Smithsonian Institute en 1989. Sublime interprète de la guajira cubaine, il fait aussi tourner les boleros et les sones à la perfection.

Son actu

Pause musicale