En quelques mots

 

Charles Lapicque (1898-1988)

Charles Lapicque est né à Theizé dans le Rhône, d’une famille originaire des Vosges. Son père, peintre et chef d’orchestre à Epinal, meurt avant sa naissance. Il sera élevé par ses grands-parents. A l’adolescence, son oncle, physiologiste, le prend en charge et s’occupe de ses études. L’enfant manifeste des dons pour la musique et le dessin. La famille passe ses vacances en Bretagne, dans la baie de Paimpol qui devient pour lui la terre-mère. Il commence la peinture à l’huile en 1920. En 1921, il est diplômé de l’Ecole centrale et de 1931 à 1943, il occupe un poste de préparateur à la faculté des Sciences de Paris. Il commence ses premières recherches scientifiques sur les contrastes des valeurs et la vision des couleurs qu’il met en application dans sa peinture. Il publie ses travaux dans Essais sur l’art, l’espace et la destinée (Grasset, 1957). En 1925, il peintHommage à Palestrina qui lui vaut d’être remarqué par Jeanne Bucher ; elle lui organise sa première exposition personnelle en 1929 dans sa galerie. En 1941, il participe à l’exposition « jeunes peintres de la Tradition Française », à la galerie Braun et créé la surprise avec son tableau La vocation maritime qui fera école. Il reçoit le Prix Raoul Dufy en 1953. En 1967, le Musée national d’art moderne organise une rétrospective. En 1976, suite à la donation Granville, le Musée de Dijon lui consacre en permanence une salle. En 1978, le Centre Georges Pompidou lui organise une rétrospective de ses dessins. En 1979, il reçoit le grand prix National de la Peinture.



Son actu

Pause musicale