En quelques mots

Bertrand Grunenwald est une basse Française, formé à l’école de chant russe, possédant un timbre d’une rare richesse dont le répertoire couvre à la fois les grands rôles de basse d’opéra, mais également les lieder et les parties de basse d’oratorios ou de cantates.
Après un démarrage aux petits chanteurs de Chaillot puis l’étude de la flûte traversière, il rejoint le chœur de l’Orchestre de Paris et décide de se consacrer au chant. Il entreprend alors des études avec Nikita Storojev, ancien soliste du Bolchoï.

2ème prix d’opéra et 1er prix de mélodie française au concours international de chant de Marmande, il aborde, ensuite, les grands rôles de basse du répertoire lyrique : le Grand Inquisiteur (Don Carlos), le Commandeur (Don Giovanni), Zaccarie (Nabucco), Banco (Macbeth), Mephisto (Faust de Gounod), Sarastro (La Flûte Enchantée).
Il possède à son répertoire une trentaine de rôles d’Opéras français, italiens, allemands et russes.

Parallèlement, il s’intéresse également au répertoire d’oratorio et de concert avec, notamment, la création de Haydn et le Requiem de Verdi, Roméo et Juliette et l’Enfance du Christ de Berlioz, la Messe en Si, les Passions selon Saint Jean et Saint Mathieu ainsi que les cantates de Jean Sébastien Bach, la petite messe solennelle et le Stabat Mater de Rossini, le Stabat Mater, le Te Deum et le Requiem de Dvorak, la IXème Symphonie ainsi que la Fantaisie pour Piano et Chœur de Beethoven, les scènes de Faust de Goëthe de Robert Schuman. 

Ces dernières années Bertrand Grunenwald s’est produit à plusieurs reprises en récital de lieder, accompagné par Jean-Luc Ayroles, avec principalement le liederkreis op. 39 de Robert Schuman, les nuits d’été de Hector Berlioz, les mélodies de Debussy sur des textes de Verlaine, le chant du Cygne de Schubert ainsi que divers lieder de Richard Strauss, Moussorgski, Fauré et Jacques Ibert.

Son actu

Pause musicale