BALLET NATIONAL DE VIENNE

Son actu

En quelques mots

Le Ballet national de l’Opéra de Vienne / Wiener Staatsballett
A la cour de Vienne, l’art de la danse prend son essor au XVIIe siècle, avec l’arrivée de Eléonore de Gonzague, qui épouse l’empereur Ferdinand II de Habsbourg. Une compagnie de danseurs professionnels sera fondée au début du XVIIIe siècle et se développera sous l’impulsion du maître de ballet autrichien Franz Hilverding.
Par la suite, danseurs et chorégraphes de toute l’Europe viendront nourrir et enrichir le patrimoine de la compagnie : les italiens Gaetano Vestris (le père d’Auguste), Salvatore Viganò, Philippe Taglioni et ses enfants Marie et Paul, Carlotta Grisi (la créatrice de Giselle à Paris), mais aussi les français Jean-Georges Noverre (initiateur du « ballet d’action ») et Jules Perrot, ainsi que le franco-danois Auguste Bournonville. Les sœurs Fanny et Thérèse Elssler seront les « stars » viennoises de l’époque romantique, et l’école du Ballet de Vienne connaîtra son apogée à la fin du XIXe siècle, sous la direction de Josef Hassreiter (chorégraphe de Die Puppenfee/La Fée des Poupées – 1888).
Au XXe siècle, la compagnie sera dirigée principalement par des autrichiens. La croate Erika Hanka orientera le Ballet vers l’expressionnisme et assurera – après la guerre – la réouverture de l’Opéra de Vienne en 1955. Aurel von Millos lui succédera (années 60), puis Gerhard Brunner.
Plus récemment, le chorégraphe italien Renato Zanella imprime son style moderne (1995-2005), et le hongrois Gyula Harangozó opère la réunion de la troupe du Volksoper et celle du Staatsoper.
Quand le français Dominique Meyer (ex-directeur de l’Opéra de Lausanne, puis du Théâtre des Champs-Elysées à Paris) est nommé directeur général du Staatsoper en septembre 2010, il sollicite Manuel Legris (danseur-étoile de l’Opéra de Paris et reconnu internationalement comme un artiste exceptionnel) pour prendre en charge le Ballet et l’Ecole.

Pause musicale

Avis clients

BALLET NATIONAL DE VIENNE

Aucun résultat trouvé