En quelques mots

Fernando Narduchi, Marco Antônio Garcia et Hosé Marciel Silva ont crée la Cie "Balé de Rua" après avoir collaboré pendant quatre ans au sein d'un grand mouvement de danse urbaine à Uberlândia, une petite ville du centre du Brésil, dan sla région du Minas Gerais.

Ils dansaient chacun de leur côté au sein de différents groupes tout en développant une profonde et sincère amitié. Ils ont ensemble l'envie de trouver un nouveau style de danse, toujours urbaine mais avec une identité brésilienne marquée.

Révélation de la Biennale de la Danse de Lyon en 2002, acclamé par le public du Théâtre Mogador en 2006,  puis de nouveau du 22 janvier au 17 février 2008 au Trianon.

Issu des danses de rue nord-américaines, de la capoïera et de la samba, le langage de ses interprètes se nourrit également de leurs racines africaines et de leur quotidien, la plupart d'entre eux ayant vécu de petits métiers dans les favelas.

Sur des musiques originales composées avec Vincent Artaud et Nana Vasconcelos et certains grands airs brésiliens, les danseurs du Balé de Rua s'accompagnent eux-mêmes à grand renfort de percussions.

Doués d'une prodigieuse ingéniosité et d'une énergie communicative, ils delivrent leur message d'espoir et de joie à travers les chorégraphie de Marco Antônio Garcia.

Dans ce spectacle éponyme, crée en collaboration artistique avec le metteur en scène français Paul Desveaux, le Balé de Rua raconte une histoire afro-brésilienne, celle d'un groupe issu des quartiers populaires d'une petite ville du Minas Gerais, Uberlândia, celle d'amis qui repeignent le monde tout en couleurs, grâce à la magie du rêve et de la danse, un monde à l'image du Brésil.

 

Son actu

Pause musicale